Problématique

Romain Gary attire l’attention des lecteurs et des chercheurs par son activité expérimentale dans le domaine littéraire.

L’intérêt des chercheurs porte également sur la diversité de l’œuvre de Gary : il était écrivain, journaliste, dramaturge et a fait une carrière politique en représentant les intérêts de la France à l’étranger.

Le problème de paternité des quatre œuvres écrites sous le pseudonyme d’Émile Ajar (1974-1980) présente le plus grand intérêt. Les styles des deux « auteurs » diffèrent à un tel point que durant la vie de Romain Gary personne ne doutait que Gary et Ajar soient deux personnes différentes. Après la parution du roman de Paul Pavlowitch L’Homme que l’on croyait et une édition posthume de Romain Gary Vie et mort d’Émile Ajar, il s’est révélé que Gary et Ajar ne faisaient qu’un. De ce fait, Gary est la seule personne ayant reçu deux fois le prix Goncourt. Un grand nombre de recherches d'ordre stylistique apparait alors et les pseudonymes de l'écrivain sont étudiés de près, ainsi que les thèmes et les sujets communs aux deux auteurs.

Le problème de la paternité des œuvres anonymes et pseudonymes représente aujourd’hui une des tâches importantes de la philologie. Actuellement, il y a un nombre considérable de travaux consacrés à la méthodologie et aux méthodes d’attribution. Nous mentionnerons, ici, deux recherches de paternité :

- la thèse soutenue en 1998 par Adam Pavłowski qui applique la méthode des séries temporelles (les fréquences des unités lexicales dans des œuvres d’un même auteur). Il en résulte l’attribution des quatre œuvres d’Ajar à Gary mais le chercheur ne prend pas en compte la diversité des textes et fait une comparaison avec des auteurs potentiels qui auraient écrit sous pseudonyme d’Ajar, tels que Raymond Queneau, Louis Aragon ou Michel Tournier, en se basant uniquement sur certains articles de presse de l’époque ;

- en avril 2007, Dominique Labbé annonce la publication de sa recherche de paternité des pièces de Molière, recherche qui applique la méthode de la distance intertextuelle. Dans l’annexe, le chercheur fait une démonstration de l’application de cette nouvelle méthode sur quatre œuvres d’Ajar en les comparant avec les romans de Gary. L’ambiguïté des résultats fait que certains romans ajariens se rapprochent du seuil élaboré par Labbé qui démontre que les textes analysés appartiennent ainsi à deux auteurs différents.

<<Histoire de l’événement Gary/Ajar

<<Recherche de la « paternité » des œuvres d’Émile Ajar

 

Resource Links:
Chercheurs
Mikhail MARUSENKO, PR
Maria SLAUTINA
Elena RODIONOVA
Valentina CHEPIGA
Sergey KHOZYAINOV
Anastasia SINELEVA
Elena SHUVALOVA
Assya PETROVA
Panorama
Université d’Etat de Saint-Pétersbourg
©2009-2011 All copyright, trade marks, design rights, patents and other intellectual property rights (registered and unregistered) in and on corneille-moliere.com and all content located on the site shall remain vested in site authors. You may not copy, reproduce, republish, post, broadcast, transmit, make available to the public, or otherwise use.
©2009-2011 Generatum Ltd.